Le tapage nocturne : une situation délicate entre voisins

ParMelinda Jousson

Le tapage nocturne : une situation délicate entre voisins

Maison individuelle ou en copropriété, chacun mérite d’avoir de stabilité et le confort dans sa propriété. Entre les bruits à 04 heures du matin dérangeant et les nuisances sonores des voisins pendant la nuit, il est bien possible de porter plainte. Ces situations difficiles  peuvent être encadrées par une peine d’amende plus sévère.

Un titre d’amende

Les principales sources de conflits en priorité se joignent habituellement pour ces dérangements nocturnes. Avec les musiques à fond durant la nuit et les petites fêtes d’adolescents, cette partie est véritablement troublante. De manière répétitive, il est bien possible de prévenir les polices centrales. Avec une amende forfaitaire de 180 euros, ce type de voisin peut être bien remis à sa place. Le droit immobilier encadre notamment cette situation. Par le biais de propriétés sur la couverture de voisinage, il entre réellement dans le jeu. Pour ces voisins délicats, la loi ne prévoit donc des présomptions particulières qui s’intègrent notamment sur les points immobiliers. Il vise surtout à prévoir la sécurité du voisin en toute liberté. La répétition de ces bruits pendant la nuit peut être considérée comme une infraction sur le propos immobilier.

Effectue une constatation juridique

Par la constatation des polices sur ces situations de tapage nocturne, les prévenus peuvent endurer une peine d’amende dans l’immédiat. Troublant la tranquillité de sommeil, surtout pour les personnes malades, il peut même aller jusqu’à une peine d’emprisonnement ouverte. L’article R623-2 du Code pénal prévoit une contravention de troisième classe pour ce genre de situation. Par la survenance de cette circonstance, la victime a le droit de prévenir le tapageur de ces actes. Le recours à une simple médiation peut être possible pour un premier temps. Mais dans un cas répétitif, l’alternative idéale serait de prévenir les autorités compétentes pour ces problématiques.

Intervention d’un huissier

Pour pouvoir constater un trouble de voisinage, l’appel à un huissier peut être le meilleur recours. Il peut donc analyser la situation en fonction des principes de lois concernant le trouble de voisinage. Le droit de propriété et de l’immobilier sont interdépendants dans ce cas. À l’échec de dialogue entre les voisins, l’appel à ces intervenants juridiques est très important. Le dernier recours serait la saisie de la justice. Pour un contentieux qui est plus complexe à gérer, cette alternative présente donc un meilleur appui à la circonstance. C’est dans le but de punir impérativement le prévenu pour les actes de tapage. La constatation serait définie à ce point par rapport à la circonstance. Les textes ne prévoient pas encore des principes légaux concernant cette situation. Mais dans tous les cas, il prévoit une peine d’amende. Le trouble peut donc être :

  • Un tapage nocturne
  • Ou des faits provoqués par les animaux

À propos de l’auteur

Melinda Jousson author

Laisser un commentaire