Archive mensuelle juin 17, 2022

ParMelinda Jousson

Fumisterie : comment choisir ses conduits ?

On désigne par conduit de fumée ou de cheminée une pièce qui fait partie d’une installation de chauffage domestique. Le conduit de fumée se trouve le plus souvent sur une chaudière ou un poêle. Il permet l’évacuation des produits issus de la combustion. Pour qu’un conduit de fumée puisse bien jouer son rôle et pour éviter un accident domestique, il faut tenir compte de certains éléments au moment de l’achat. C’est ce que nous verrons dans cet article.

Les matériaux utiles à la fabrication de conduits de fumée

Pour bien choisir un conduit de fumée, certains éléments doivent être pris en considération. Il s’agit entre autres des matériaux, de l’esthétique et du prix. Les matériaux les plus utilisés pour la fabrication de conduits de fumée sont l’aluminié, l’inox et l’émaillé. L’aluminié désigne une forme d’acier fonctionnel qui convient aux petits budgets. L’inox jouit d’une excellente réputation en raison de sa robustesse et de sa longévité. L’émaillé est apprécié car il s’adapte à de nombreuses configurations. Allez sur le site lorflex pour le choix de vos conduits.

La réglementation en vigueur sur les conduits de fumée

Avant de faire l’achat d’un conduit de fumée, il est recommandé de s’intéresser à la réglementation en vigueur. Celle-ci stipule que le conduit de raccordement doit être installé à 3 diamètres d’un mur. Elle stipule aussi que la surface externe du conduit de fumée doit être à 10 centimètres du mur. Dans ce cas, les risques de survenue d’incendie seront limités. En outre, la sortie de toit doit dépasser d’au moins 40 centimètres le faîtage. Si vous n’arrivez pas à retenir toutes ces règles, vous devez vous rapprocher d’un professionnel. L’installation d’un conduit de fumée étant une tâche sensible, il est d’ailleurs recommandé de faire appel à un professionnel pour qu’elle soit bien réalisée. Il est possible de demander plusieurs devis avant tout engagement.

ParMelinda Jousson

Rénovation ou réhabilitation : que choisir ?

Nombreuses sont les disciplines à l’instar du bâtiment et de l’immobilier où l’emploi de certains termes sont source de confusions. Les notions restauration ou rénovation et réhabilitation n’échappent pas la controverse. Pourtant des divergences entre réhabilitation et rénovation subsistent. Il est donc important de ne pas confondre ces deux expressions sœurs. Clarifions et soulevons ici les éléments distinctifs des deux concepts dans le bâtiment.

Rénovation et réhabilitation, la différence 

Bien qu’elles soient très proches, rénover n’est pas réhabiliter et vice versa. La rénovation partielle ou intégrale revient à remplacer l’ancien par le nouveau, bonifier ou améliorer dans le but d’optimiser la convivialité et d’apporter une touche de modernité. La démolition aussi est une option tout comme mélanger le nouveau à l’ancien. Et réhabiliter, c’est apporter une touche de nouveauté sans changer la constitution de base ou le style de l’architecture existante.

La réhabilitation aura pour effet de rendre plus fonctionnelle la bâtisse, en plus de classer le bâtiment à la même enseigne que les constructions neuves ou récentes. Entre autres sur la température ambiante ou TIC, les normes d’accessibilité, l’isolation thermique, etc.. C’est aussi une opération adaptée aux milieux commerciaux et urbanisés. Pour vos projets contactez un spécialiste en rénovation et réhabilitation.

Bon à savoir

Sur le plan financier, la France offre des aides pour tous les travaux de rénovation visant à améliorer les performances en énergie de son logement. Vous avez l’aide de l’ANAH (l’Agence Nationale de l’Habitat), le CITE (le Crédit d’Impôts pour la Transition Energétique), le CAF (le Prêt de la Caisse d’Allocations Familiales). Vous avez aussi l’Eco-prêt à taux zéro, la prime coup de pouce économies d’énergie, la prime coup de pouce thermostat avec régulation performante et la réduction de la TVA à 5,5%. Et à côté il y a les aides dans le cadre de zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.

ParMelinda Jousson

Comment choisir son programme immobilier à Rennes ?

Méditer sur le choix du programme immobilier qui vous correspond est très important. Notamment en fonction de vos besoins et de votre budget. Quel budget choisir ? Quelles sont les aménités qui seront à proximité de votre futur programme immobilier à Rennes ? Quels sont les équipements à proximité ? Cet article est fait pour vous ! 

Choisir entre programme neuf et programme rénové

Nous pouvons distinguer deux types de programme immobilier : les programmes neufs et les programmes rénovés. En règle générale, le choix d’un programme neuf est plus avantageux et plus intéressant pour l’investissement locatif que celui d’un programme rénové. Cette différence est due à la rentabilité des loyers, qui sont plus élevés dans les zones de construction récente.

Pour choisir votre programme immobilier, d’autres critères sont à prendre en compte comme :

  • La localisation du programme immobilier (ville, quartier) ;
  • Le standing du bien ;
  • La surface des appartements ;
  • L’aménagement intérieur ;
  • Les équipements et prestations ;
  • La situation géographique.

Dans le cadre d’une acquisition, il est primordial de prendre en compte le prix du bien immobilier, le coût des travaux, l’état du marché immobilier local, la réglementation et votre situation personnelle. Pour aligner parfaitement vos critères de choix et votre prix, découvrez ce programme immobilier à Rennes

Choisir entre programme éco-responsable et programme classique

Quand on achète dans un programme immobilier à Rennes, il faut faire des choix. On peut opter pour un programme éco-responsable, qui est plus cher, ou pour un programme classique mais moins écologique. Choisir entre faire des économies et le respect de l’environnement n’est pas inévitable. Si les programmes écologiques sont par nature plus chers que les autres. C’est parce que les promoteurs ont intérêt à réduire leur empreinte carbone. Ils investissent donc dans du matériel vert tel que des panneaux photovoltaïques ou des chaufferies au bois qui ont un coût supérieur aux autres systèmes de chauffage.